Ressources en eau | Montpellier Méditerranée Métropole

Ressources en eau

Partager ce contenu



La préservation de la ressource en eau est l’un des enjeux majeurs de notre siècle : surveiller l’état des nappes phréatiques, protéger les captages, privilégier des pratiques vertueuses pour protéger les milieux… telles sont les multiples actions engagées pour garantir le bon approvisionnement du territoire.

Quelles ressources en eau sur notre territoire ?

Le territoire de Montpellier Méditerranée Métropole est alimenté essentiellement par la source du Lez, mais également par 3 autres captages. Ces secteurs font l’objet, en particulier sur des zones de sauvegarde, d’une attention particulière, à la fois pour les protéger des pollutions et pour suivre le niveau d’approvisionnement. Deux équipes d’animation de la Métropole sont en charge de ces missions, notamment sur les aires de captages prioritaires qui font l’objet d’actions renforcées.

Équipe d’animation Ouest : Marie COMAT, m.comat@montpellier3m.fr
Équipe d’animation Est : Aurélie TACQUARD, a.tacquard@montpellier3m.fr

Pourquoi protéger la ressource en eau ?

Il est capital de protéger et de gérer au mieux la ressource en eau de notre territoire. Montpellier Méditerranée Métropole se donne ainsi 6 objectifs prioritaires dans sa mission de préservation de la ressource en eau :

  • Préserver la quantité et la qualité de l'eau pour alimenter en eau potable les habitants.
  • Protéger les ressources des impacts liés aux activités humaines.
  • Lutter contre les pesticides.
  • Assurer le suivi environnemental des ressources en eau.
  • Atteindre l'équilibre quantitatif Besoins / Ressources.
  • Accompagner les changements des pratiques agricoles.

Pour atteindre ces objectifs, la Métropole n’agit pas seule : elle noue de nombreux partenariats techniques et scientifiques, en lien avec les acteurs de la recherche, les réseaux associatifs, les territoires voisins, afin de développer le partage et l'acquisition de nouvelles connaissances pour mieux agir et protéger. Ainsi, Montpellier Méditerranée Métropole :

  • collabore à la Chaire Eau & Agriculture avec Montpellier SupAgro et l’INRAE (Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’alimentation et l’Environnement) ;
  • réalise les suivis hydrogéologiques avec le laboratoire de recherche HydroSciences de l’université de Montpellier et avec le BRGM, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières, établissement public de référence ;
  • participe aux actions du réseau INPACT (Initiatives pour une Agriculture Citoyenne et Territoriale) et de l’association FILEG, qui structure la filière légumineuse en Occitanie ;
  • collabore avec le CIVAM (Centre d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural) afin de favoriser la transition agro-écologique, en lien avec la Politique Agroécologique et Alimentaire de la Métropole ;
  • adhère au réseau « Territoires Bio Pilotes » de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique.

Comment agir ?

Face à l’importance des enjeux, Montpellier Méditerranée Métropole a quasiment multiplié ses investissements par 4 depuis 2019, pour atteindre près d’1 M d’euros en 2021.

De nombreuses actions sont ainsi financées, que ce soit en lien avec l’agriculture ou avec les espaces urbains, publics et privés.

  • Volet agricole

Au-delà du changement des pratiques agricoles, et afin d’accélérer les dynamiques vertueuses, la Métropole accompagne la transition agroécologique à une échelle différente, celle des filières, et de leur structuration. Pour cela, elle aide les agriculteurs qui souhaiteraient se diversifier dans des cultures comme les légumes secs ou les céréales dîtes rustiques, à faible impact environnemental, avec notamment le projet FIBANI, en collaboration avec l’Agence de l’Eau.

La Métropole accompagne également, avec le projet BiodiVigne, les viticulteurs qui souhaitent implanter sur leurs terrains des haies champêtres, qui jouent un rôle essentiel dans le paysage. Elles renforcent la biodiversité, sont des refuges pour de nombreuses espèces, permettent de protéger des aléas climatiques et d'améliorer la qualité des sols. Leur multifonctionnalité reconnue permet ainsi d’embellir notre vignoble et de le rendre plus résilient.

Autre action permettant de lutter contre la pollution du milieu naturel : l’aménagement d’aires collectives sécurisées de remplissage et de rinçage pour les pulvérisateurs agricoles. Ces aires permettent à la fois la récupération et le traitement des eaux de rinçage chargées en pesticides et le remplissage des cuves des appareils de traitements selon les normes en vigueur, évitant ainsi tout débordement de produits. La Métropole est maître d'ouvrage de trois projets (situés à Montaud, Pignan et Cournonterral) et a accompagné le projet porté par la commune de Saint-Georges-d'Orques.

Enfin, l’animation territoriale mise en place par la Métropole permet d’organiser l'accompagnement technique et financier des agriculteurs situés dans les aires d’alimentation de captage. Constituer les dossiers permettant de mobiliser des aides européennes ou nationales finançant directement la modification des pratiques des agriculteurs volontaires ; proposer des formations techniques ; participer et faire connaître des événements de sensibilisation ; créer une dynamique collective autour de sujets à enjeux, comme l'enherbement maîtrisé dans les vignes… autant d’actions réalisées par les équipes d'animation territoriale qui vont dans le sens d’une meilleure protection de la ressource en eau sur notre territoire.

  • Volet non agricole

L’un des enjeux majeurs est d’arriver à gérer les espaces publics et privés sans produits phytosanitaires, afin de préserver au maximum les milieux, et notamment les zones de sauvegarde, proches des captages.

La Métropole accompagne ainsi les communes concernées grâce à un outil d’aide à la décision élaboré par un bureau d’études spécialisé, à partir d’un diagnostic complet des pratiques, et débouchant sur des préconisations adaptées à chaque territoire : les PAPPH, Plans d'Amélioration des Pratiques Phytosanitaires et Horticoles. Supprimer durablement l’usage des pesticides sur les espaces publics, diminuer les volumes d’eau utilisés pour l’arrosage des espaces verts, former et sensibiliser les agents territoriaux et les habitants… tels sont les objectifs de ces démarches d’accompagnement.

La Métropole travaille également à l’amélioration de la connaissance sur l'impact de l'utilisation des produits phytosanitaires dans les zones d'activité et les zones industrielles. Des prélèvements et analyses d'eau sont alors réalisés dans le bassin de rétention d'une ZAC située dans la zone d'infiltration d’une nappe phréatique captée.

Zoom sur l'eau brute

L’eau brute, kesako ?

Montpellier Méditerranée Métropole est en charge du service public de l’eau brute, c’est-à-dire de l’eau non potable. Elle provient du canal du Bas Rhône et est acheminée via les réseaux de la Métropole ou les réseaux de BRL, l’exploitant du grand réseau Hydraulique propriété de la Région Occitanie.

L’eau brute présente de nombreux usages potentiels :

  • irrigation des terres agricoles
  • arrosage des jardins et espaces verts
  • lavage de la voierie
  • eau industrielle
  • défense incendie
  • soutien des débits d’étiage des cours d’eau
  • projets de recherche & développement
  • etc.

Son développement est l’une des solutions pour faire face à l’enjeu majeur de préservation de la ressource et pour le développement de productions agricoles et alimentaires résilientes au changement climatique. C’est pourquoi Montpellier Méditerranée Métropole s’est dotée d’un schéma directeur de l’eau brute afin d’élargir son utilisation : renforcer et étendre les réseaux hydrauliques, réutiliser les eaux usées traitées,… tels sont les objectifs de ce programme d’investissements et d’actions.

Vous avez un forage ? Pensez à le déclarer !

Si vous possédez un forage sur votre terrain, il est important de le déclarer :

Formulaire de déclaration de forage